A LA UNE :

Plan de Trésorerie ou proposition de modification du Budget 2020 ?

Spécial UDPS 38 ans :   Vundwawe et Ggbanda  savaient et voulaient collaborer

Arrêté à l’AND (ANR), Birindwa reste BCBG, il ne mange qu’européen, dort en pyjama 

Kalev Mutond  interdit de quitter Kinshasa

Attaques contre Kamerhe :  Amato Bayubasire répond à Jean Marc Kabund

Les réserves de change : 1,03 milliard USD au 31 janvier selon la BCC

Abus de pouvoir : la Cour Constitutionnelle recadre les Ass. Prov. de Kinshasa et de l’Ituri

Urgent : Mike Mukebayi réhabilité par la Cour Constitution

Urgent : Jean Bamanisa Saidi réhabilité par la Cour Constitution

La 7ème édition de la fête du livre de Kinshasa de tiendra du 14 au 22 février 2020

UPN et Triomphal : deux sauts de mouton dont l’argent a été décaissé mais non exécutés

Insécurité grandissante à Kasumbalesa : un mort et  un blessé  la nuit de mardi à mercredi

Le budget 2020 prévoit la mise à la retraite de 17 000 agents et fonctionnaires de l’Etat (Min fonction Publique)

Environ 10 millions USD de recettes de l’IPR obtenues à la Fonction Publique au mois de janvier

Infrastructures et Bâtiments : ZENIT Groupe offre son savoir-faire pour porter les BTP au zénith

Dossier motions de défiance des gouverneurs : nouveau champ de bataille entre FCC et CACH ?

Le programme de 100 jours du Président Fatshi n’était pas autorisé par le parlement selon l’ODEP

Le divorce FCC-CACH est possible mais il ne pourrait intervenir maintenant  (Prof André Mbata)

Jean Bamanisa promet de saisir la justice contre la LICOCO pour diffamation 

Kibali a produit  814 027 onces d’or contre une prévision de 750 000 onces en 2019

  1. Mœurs à Kinshasa : témoignage poignant d’une professionnelle de sexe de 14 ans

Des professionnelles de sexes se recrutent même parmi les adolescentes. Fait troublant et déplorable, certaines exercent le vieux métier du monde à moins de 10 ans. Preuve : le cas de l’une d’elles issue d’une famille de douze enfants qui l’exerce malgré elle.

"Je m’appelle Stéphanie. Issue d’une famille de 12 enfants, je suis la 6ème de ma famille. J’ai 14 ans et cela fait cinq ans que je suis dans le monde de la prostitution. J’ai donc commencé le plus vieux métier du monde à l’âge de 9 ans parce que je n’avais pas le choix. » Ce témoignage ne peut être que poignant, provenant d’une adolescente. « Ma mère Alphonsine, a-t-elle fait remarquer, nous a mis au monde très jeune avec des papas différents. Et chacun s’acquitte à sa manière de ses responsabilités vis-à-vis de son enfant. » S’exprimant en lingala, elle fait valoir : « ‘‘ Système ya li tié té, li lié té ’’ qui se traduit en français ‘‘si ton père n’envoie rien, ne t’attend à rien’’. » Et de poursuivre : « L’actuel concubin de ma mère a toujours fait comprendre à celle-ci qu’il n’est pas le géniteur de ses six enfants et qu’il ne connaissait les autres que par leurs noms. D’où, il n’est pas question qu’il les nourrisse tous sans leur contribution. Parce qu’il n’entretient pas un orphelinat, arguait-il. À l’époque, nous n’étions que huit enfants dont deux faisaient partie de sa progéniture. C’est ainsi que ma mère m’a mis dans le bain de ce vieux métier. Elle m’a initié pour ma première ‘‘expérience’’ en me disant que ça serait moins douloureux après. La première fois que je me suis retrouvée dans la rue, je n’avais pas du tout peur parce que maman m’avait donné du thé relaxant. Lorsque j’ai repris mes esprits, j’ai compris ce qui s’était passé. C’est alors que j’ai pris goût à mon ‘‘travail’’. Je travaille officiellement à partir de 22 h00’. L’adolescente professionnelle du sexe a fait savoir qu’elle a acquis de l’expérience au fil du temps. « Je peux affirmer, sans l’ombre d’un doute, que je suis la meilleure du secteur parce que non seulement les produits que j’applique pour raffermir mon intérieur sont puissants, mais aussi le nombre de mes partenaires s’accroît de semaines en semaines. » Faisant allusion à l’école, elle dit de l’avoir quittée tôt mais ne le regrette pas parce qu’elle ne s’y est jamais sentie à sa place. « Je n’ai jamais été de celles qui rêvent trop, la vie ne m’ayant pas permis de vivre ce luxe. Mais si un jour les choses devaient changer, j’espère que mes petits frères, sœurs et mes enfants, si Dieu me les donne, ne vivront pas ce que j’ai vécu », at-elle fait observer. Concernant les enfants, elle dit ne pas être pessimiste d’en avoir mais réaliste. « De toute façon, si je continue avec cette vie de débauche, je n’aimerais pas que ma fille suive mes traces. Car ce vieux métier du monde est dangereux car il expose aux infections et aux maladies sexuellement transmissibles qui peuvent entraîner la mort », a-t-elle prévenu.